Date:avril 16, 2022

Le Médiateur de la République à l’écoute de la Confédération Nationale des Entreprises du Sénégal (CNES)

En application de l’article 2 de la loi n°99-04 du 29 janvier 1999 abrogeant et remplaçant la loi n°91-14 du 11 février 1991 consacrant sa compétence à veiller sur l’environnement institutionnel et économique de l’entreprise, le Médiateur de la République a reçu, le jeudi 14 avril 2022, une forte délégation de la Confédération Nationale des Employeurs du Sénégal (CNES) conduite par son Président, Monsieur Adama LAM.

Ce dernier a souligné l’importance de l’Institution dans les relations entre l’Administration et les citoyens mais aussi dans la consolidation du dialogue entre les acteurs et de la paix sociale au sein des entreprises.

Selon Monsieur LAM, c’est consciente de ce rôle important  du Médiateur de la République, que la CNES (qui regroupe 16 fédérations) a sollicité cette rencontre d’echanges autour des préoccupations les plus prégnantes du secteur privé dans les diverses branches d’activités qui sont les siennes.

Tour à tour, les chefs d’entreprises, composant la délégation, ont soulevé les doléances dans leurs secteurs d’activités et ont proposé des pistes de solutions. C’est ainsi qu’ils ont appelé, entre autres :

  • À l’instauration d’un partenariat privillégié entre l’Etat et les acteurs privés pour le pilotage des politiques nationales, notamment dans les secteurs de l’éducation et de la santé ;
  • Au paiement par l’Etat, des créances au titre des prises en charge par l’IPM ;
  • À l’accèsau fonds de garantie pour les médecins privés ;
  • À la modification de la loi n°2009-11 du 23 janvier 2009 relative aux Laboratoires d’Analyses de Biologie médicales ;
  • Au règlement de la péréquation et la gestion des autorisations dans le secteur du gaz et du pétrole ;
  • À une meilleure organisation du conseil et de l’expertise au Sénégal ;
  • À une meilleure gestion des licences de pêche ;
  • À l’institutionnalisation d’un dialogue entre l’Etat et le secteur privé et la mise en place d’un comité inclusif pour prendre en charge les pricipales préoccupations nées des crises malienne et ukrainienne.

Après des échanges fructueux qui ont duré près de deux tours d’horloge, le Médiateur de la République a rappelé sa mission générale de contribution à l’amélioration de l’environnement institutionnel et économique de l’entreprise, notamment dans ses relations avec les administrations publiques ou les organismes investis d’une mission de service public.

Il a également assuré ses hôtes que la Haute Autorité partage leurs préoccupations et qu’il compte user de ses pouvoirs de suggestion, de recommandation et de proposition pour l’informer de ce que l’Administration publique est jugée hermétiquement fermée au point d’inquiéter les entreprises nationales en particulier et le citoyen en général.