Date:juin 23, 2016

RÉSOLUTION DE LA CRISE A L’UGB: la démarche salvatrice de Me Alioune Badara CISSE.

Après le succès de la médiation entre le directeur de l’hôpital régional de Saint-Louis et les syndicalistes, Me Alioune Badara CISSE étrenne une nouvelle médaille en démarchant de fructueux pourparlers qui ont abouti à la levée du mot d’ordre de grève. Après cette mission accomplie, Le Médiateur de la République du Sénégal exhorte, à travers cet entretien exclusif avec NdarInfo, toutes les parties à se conformer aux engagements souscrits et à toujours privilégier la concertation et le dialogue conformément à l’esprit qui a prévalu tout au long de nos débats et souhaite plein succès aux étudiants lors des examens de fin d’année.

Me Alioune Badara CISSE: C’est à ma demande expresse, plusieurs fois réitérée d’ailleurs qu’une délégation composée d’une quinzaine de délégués et d’un agent du Rectorat sont venus me trouver à mon domicile de Djanatou Mahwa a Touba le jeudi 16 juin 2016 pour une rencontre qui aura duré plusieurs tours d’horloge . Certaines questions restant en suspens, j’ai alors offert de faire le déplacement sur Saint-Louis dès le lendemain, vendredi 17 juin , pour d’abord rencontrer et profondément échanger avec Messieurs Le Recteur , son Secrétaire général, son Conseiller spécial, le Vice Président de l’assemblée de l’université et Doyen de l’UFR des Sciences juridiques et politiques(Sjp)  ainsi que le Directeur du Centre Régional des Oeuvres Universitaires de Saint-Louis (Crous) et son Chef des Services administratifs.

Ce fut l’occasion de rendre compte au Recteur de ma rencontre de la veille avec les étudiants et me suis beaucoup enrichi du tour de table qui me permit de recueillir ses sentiments qui furent d’une indiscutable objectivité avec un très haut sens de la responsabilité.

Compte rendu fut fait aux étudiants de ma rencontre avec l’exécutif universitaire. S’ensuivit un entretien à bâtons rompus qui aboutira par la décision souveraine de la CESL en leur Assemblee Generale du soir, de faire lever le mot d’ordre de grève à partir du mardi 21 juin 2016 .
Ce décalage ne se justifiant que par leur loyauté vis-à-vis de la plupart de leurs camarades qui étaient rentrés chez eux.

Compte rendu à nouveau sera fait à M. Le Recteur qui reçut en audience la CESL dès le lendemain aux fins d’instaurer sans tarder un climat apaisé dans cet espace universitaire d’excellence.

NDARINFO : A-t-il fallu une longue période pour aboutir à cette heureuse résolution ?

Me Alioune Badara CISSE: Tout au long de notre intervention depuis plus d’un mois déjà pour restaurer le dialogue entre les parties et à l’insu du regard public, je me suis toujours entretenu tant du côté administratif en ses composantes  pédagogique et sociale que du côté des étudiants, avec des compatriotes qui ont eu à coeur l’avenir de l’École Sénégalaise se confondant avec le leur propre .

Je dois aussi ajouter qu’en l’absence du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en mission à l’étranger , le très long entretien que j’ai eu avec son Directeur de Cabinet fut très utile pour mieux m’imprégner des possibilités offertes par le Département face aux demandes des étudiants.

NDARINFO : Une issue heureuse trouvée, quel est le message que vous adressez aux parties ?

Me Alioune Badara CISSE: Au recteur Baydallaye KANE, je viens réitérer mon admiration trentenaire pour le très brillant étudiant qu’il fût, tirant son origine du Département d’Anglais de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l’Université de Dakar. Vous avez tout au long plus joué le rôle de Médiateur que celui de Recteur. Tout en vous fut pondération malgré la forte affirmation des règles et principes qui régissent votre espace. La grande qualité de vos collaborateurs est ici saluée.

Je confonds dans les mêmes remerciements le Directeur du Crous qui a fait montre d’un bel esprit de juste milieu et d’une grande capacité d’écoute en sus d’un pragmatisme que je loue.

Au Président de Séance de la Cesl, mon cher Mohamed , au Président de la Commission sociale et aux membres du Bureau, je me réjouis de la franchise de nos discussions en dépit de leur longueur et des incertitudes qui l’ont jalonnées.

J’ai pu mesurer votre souci de ne point être en porte à faux avec vos mandants et de toujours vous réserver la possibilité de me revenir après concertations avec ceux-ci. Je salue la courtoisie du ton en dépit de leur désarmante fermeté bien des fois. Votre jeunesse a étalé tous ses talents.
L’appréciation que je partage avec le Recteur des esprits brillants que vous êtes doit être mise à profit vers une culture et un culte ininterrompus de l’excellence .

Avec vous, je ne désespère point de la jeunesse de mon pays. Alors chers neveux ne perdez pas de temps pour tirer profit de l’offre du Recteur de prolonger la durée des enseignements après les concertations d’usage avec ses pairs.

NDARINFO.COM