Le Médiateur de la République, Monsieur Demba KANDJI, a animé, le mardi 24 mai 2022 à l’hôtel Radisson Blue, une conférence, à l’occasion d’un déjeuner juridique organisé dans le cadre du Programme pour la promotion de l’Etat de droit du Bureau régional de la Fondation Konrad Adenauer.

Cette rencontre, initiée en partenariat avec l’Association Sénégalaise de Droit Constitutionnel (ASDC), avait pour thème : « Le rôle du Médiateur de la République dans la promotion de l’Etat de droit ».

Dans son mot de bienvenue, le Directeur de la Fondation, Monsieur Ingo BADORECK, a informé les participants que ce panel d’un format nouveau, devrait permettre d’échanger avec les sachants sur des thèmes juridiques avant de revisiter les missions et pouvoirs du Médiateur de la République.

A sa suite, le Professeur Abdou Aziz Daba KEBE, Président de l’ASDC, a rappelé que le Sénégal est un Etat de droit. Ce qui n’empêche pas d’intensifier la réflexion et de partager autour de questions essentielles liées à sa promotion.

Dans sa communication, le Médiateur de la République est revenu sur l’historique de l’Institution, depuis l’Ombudsman suédois jusqu’au Défenseur des droits en passant par le modèle consumériste du Médiateur. Il dira que l’Ombudsman sénégalais est, en réalité, une synthèse des trois modèles sus-indiqués, destinée à accompagner l’évolution de la démocratie administrative.

Procédant à une revue de la loi instituant le Médiateur de la République, Monsieur KANDJI a insisté sur ce qui constitue, depuis 1991, une voie de recours non contentieuse, offrant ainsi une forme de justice alternative au profit du citoyen africain.

Cependant, le Médiateur de la République n’a pas manqué de relever, une fois de plus, que l’Administration n’est pas tenue de réagir à ses interpellations. C’est pourquoi, la consécration d’un pouvoir d’injonction, même encadré, est souhaitable. Celui-ci pourrait, au moins, concerner les engagements des pouvoirs publics suite à des procédure d’expropriation pour cause d’utilité publique et l’exécution de décisions de justice devenues définitives.

Les débats qui ont suivi ont permis aux participants d’échanger sur les missions, les pouvoirs, l’accessibilité, les statistiques de l’Institution mais aussi sur le rôle du Médiateur de la République dans la promotion de l’Etat de droit.

Monsieur Demba KANDJI a félicité et encouragé la Fondation Konrad Adenauer et l’Association Sénégalaise de Droit constitutionnel pour cette belle initiative avant de renouveler ses remerciements pour le choix porté sur le Médiateur de la République, comme premier invité de ce déjeuner-débat.